» La matière de Bretagne  » : Bibliographie


Voici une Bibliographie sur ce vaste ensemble de textes anciens et si précieux, écrits à partir du XIIème siècle, et qui, à travers l’Europe, se sont copiés ou  complètés les uns aux  autres et qui forment aujourd’hui ce qu’on appelle  » La matière de Bretagne  » ou   » Littérature Arthuriennes  » ou  » Cycle Arthurien « 

 

légendes arthuriennes 3
Exposition à la BNF

 


 » Les textes ont été écrits entre les Xème et XVème siècles. Ils recouvrent donc une période de six siècles. Pas seulement une création purement littéraire ! Les auteurs du XIIème siècle ont, sans aucun doute, été inspirés par des traditions populaires transmises de génération en génération qui, comme l’attente du retour du roi Arthur, faisaient l’objet de véritables croyances.

Légendes Arthuriennes

Exposition à la BNF

Apparaissant au Xème siècle avec Nennius qui écrit l’histoire des Bretons de Grande-Bretagne (Historia Brittonum) et qui met en scène un certain Arthur, chef de guerre (dux bellorum) des tribus celtes de Domnonée, elle se répand sur le continent comme motif d’inspiration non seulement pour les lettrés mais aussi pour la sculpture (l’archivolte de la cathédrale de Modène) et les arts graphiques, témoins de la vogue considérable qu’elle connaît.

légendes arthuriennes

Exposition à la BNF

Plusieurs thèmes, à la charnière entre le souvenir des anciennes croyances et le développement du christianisme. L’action est supposée se référer aux temps barbares où les tribus celtes étaient soumises à d’incessantes luttes et devaient se défendre contre les envahisseurs. Mais le cadre en est une société médiévale idéalisée, qui s’ouvre à la courtoisie ; il est un thème autour duquel les autres s’organisent : celui de la Table Ronde, qui se réfère à une situation très ancienne : la réunion des guerriers autour du feu central dans la hutte gauloise.  »

légendes arthuriennes
La Quête du Graal
Arrivée de Galaad à la cour
Milan, vers 1380-1385. Copié par Albertolus de Porcelis
Parchemin, 113 f., 392 x 274 mm
Provenance : Bernabo Visconti ; incorporé à la bibliothèque des ducs de Milan par Gian Galeas Visconti ; transféré par Louis XII au château de Blois en 1500
BnF, Manuscrits, Français 343 fol. 3
brutus

Robert Wace (v. 1110-v.1170), Roman de Brut
Brutus débarquant dans l’île d’Albion [Grande-Bretagne]
Roman écrit vers 1155
Manuscrit copié au XIVe siècle
BnF, Manuscrits, Français 1454 fol. 1

(Adaptation en vers français de  Historia Regum Britanniae de  Geoffroy de Monmouth)

Bibliographie :
  • Xème siècle : Nennius, Historia Brittonum
  • fin Xème siècle : Kulhuch et Olwen, fondement gallois de ce qui deviendra la littérature arthurienne
  • fin Xème siècle : Annales de Cambrie
  • le Livre noir de Carmarthen et le Livre rouge de Hergest
  • 1120 : Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum
  • 1134 : Geoffroy de MONMOUTH, Prophetiae Merlini, trad. I. Jourdan, Climats, 1996
  • vers 1135 : Geoffroy de MONMOUTH, Historia regum Britanniae
  • vers 1150 : Geoffroy de MONMOUTH, Vita Merlini
  • Perlesvaux, v 1195
  • 1165, Chrétien de TROYES, Erec et Enide
  • 1170, Chrétien de TROYES, Cligès
  • vers 1170, Thomas, Le Roman de Tristan
  • 1175, BEROUL, Tristan Le Roman de Tirstan et Iseut, renouvelé par Joseph Bédier, Paris, L’Edition d’art H. Piazza, 1946
  • vers 1180, Chrétien de TROYES, Le Chevalier de la charrette, publication par Mario Roques, Paris, Champion, 1958 – édition bilingue de A. Foulet et Karl O. Uitti, Paris, Bordas, Classiques Garnier, 1989 – édition critique bilingue, avec présentation et notes de Charles Méla, Librairie Générale Française (Le Livre de Poche), 1992.
  • vers 1180 : Le Roman de Jauffré
  • vers 1185, Chrétien de TROYES, Perceval le Gallois ou le Livre du conte du Graal 
    Texte complété par une Elucidation et quatre Continuations :
               Le conte du Graal (Perceval), Editions Honoré Champion, 1983
    Le Conte du Graal, éd. Charles Méla, Paris, Librairie Générale Française, 1990
    Wauchier de Denain, Première Continuation de Perceval (Continuation Gauvain), éd. C.A. van Coolput, Paris, Librairie Générale Française, 1993
    Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. Mary Williams et Marguerite Oswald, Paris, Champion, 1925-1975, 3 vol.
  • fin XIIème siècle, Ulrich von ZATZIKOWEN, Lanzelet
  •  vers 1200 : anonyme gallois, Peredur
  • 1212 : Robert de BORON, Le Roman de l’Estoire dou Graal ou Joseph d’Arimathie, Merlin, Perceval : interprétation cistrercienne
    Le Roman de l’Estoire dou Graal
    , Paris, Honoré Champion, 1927
    Merlin – Roman du XIIIe Siècle
    , Genève, Droz, 1979
    Le Roman de Merlin, éd. et trad. A. Micha, Flammarion, 1994
    Le Roman du Graal, éd. Bernard Cerquiglini, Paris, Union Générale d’Edition, 1981
  • fin XIIème/début XIIIème : Perlesvaux
  •  début XIIIème : Wolfram von ESCHENBACH, Parzival, trad. Ernest Tonnelat, Paris, Aubier-Montaigne, 1977, 2 vol.
    . vers 1217 : Wolfram von ESCHENBACH, Titurel
    . vers 1225-1228 : Vulgate du Lancelot en prose ou Corpus Lancelot-Graal, incluant L’Estoire del Saint-Graal, L’Estoire de Merlin, Le Lancelot en prose, La Queste del Saint-Graal et La Mort le Roi Artu
  •  Le Lancelot en prose, vers 1230, éd. A. Micha, Genève, Droz, 1978-1983, 9 vol.
    Alexandre Micha, Lancelot, roman du XIIIème siècle, 2 vol., Paris, 10-18, Bibliothèque médiévale, 1983
    François Mosès, Lancelot du Lac, Librairie Générale de France, 1991
  • 1230-1235 : Le Tristan en prose
  • vers 1250, Huth-Merlin
  • vers 1250-1260 : Gautier MAP, L’Estoire del Saint-Graal ou Joseph d’Arimathie
    Le Saint-Graal
    ou Joseph d’Arimathie, présenté par Eugène Hucher, Le Mans, Monnoyer, 1875
  • vers 1270, Les Merveilles de Rigomer
  • vers 1470 : Sir Thomas MALORY, Morte d’Arthur
    Le Roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde (extraits), trad. Pierre Goubert, Nantes, l’Atalante, 1994, 2 vol.
    Le Morte Darthur
    ( extraits), trad. Marguerite-Marie Dubois, Paris, Aubier éditions Montaigne, 1948
  • Les Romans de la Table Ronde, Ed. J. Boulenger, Plon, 1941
  • La Légende Arthurienne – Le Graal et la Table Ronde, éd. Danielle Régnier-Bohler, Paris, Robert Laffont, 1989. Jean MARKALE,
  • Le Cycle du Graal (La Naissance du Roi Arthur, Les Chevaliers de la Table Ronde, Lancelot du Lac, La Fée Morgane, Gauvain et les chemins d’Avalon, Perceval le Gallois, Galaad et le Roi Pêcheur, La Mort du Roi Arthur), Pygmalion, 1992-1996, 8 vol., et Petite encyclopédie du Graal, Pygmalion, 1997

Source  : www.mythofrancaise.asso.fr

Autre Lien Documentaire à découvrir également, il s’agit du trés beau site de la BNf

Si vous voulez absolument tout savoir sur les Légendes du Roi Arthur,  La Table Ronde, la Quête du Saint Graal, voici le site internet à découvrir impérativement

et à partager à vos amis !

Roi Arthur

Cliquez sur l’image pour accéder au site de la BNF entièrement consacré aux Légendes Arhuriennes !

Roi Arthur

 » Les romans arthuriens perpétuent le temps mythique d’une terre de Petite et Grande Bretagne couverte d’épaisses et sombres forêts où rôdent fauves, dragons et géants : un monde sauvage, terrifiant, qu’il faut traverser pour rencontrer l’aventure.  »

Merlin

 » Ce monde où se manifestent les merveilles est le domaine privilégié de Merlin. C’est là que l’enchanteur a triomphé de ses démons intérieurs, là qu’il se retire et qu’il aime à jouer de déguisements et de métamorphoses. En forêt de Brocéliande, l’enchanteur fait la connaissance de Viviane, une jeune fille dont il tombe amoureux et qu’il initie à la magie. Viviane se montre excellente élève et presse son maître de lui dévoiler davantage. Elle finit par apprendre comment enfermer dans une tour d’air invisible Merlin dont les plaintes, paraît-il, résonnent encore dans les bois. « 
La foret

 » La forêt est un monde sauvage à l’opposé du monde de la civilisation que représente la cour. C’est là qu’Yvain est la proie d’une folie qui le ramène à un état de nature, nu, se nourrissant de la chair crue des bêtes qu’il chasse. Il en sort régénéré, transformé par cette cure de vie primitive. De même, lorsqu’il se croit rejeté par la reine son amante, Lancelot devient fou et erre dans la forêt, en simple chemise, sans plus connaître ni son rang de chevalier ni même son nom.  »

légendes arthuriennes 4

 » Chez les Celtes, l’Au-delà revêt de multiples formes : il peut être situé dans une région brumeuse et ténébreuse, dans des domaines enchantés, dans un palais de cristal souterrain, dans une île merveilleuse « vers l’Occident ». Cette diversité se retrouve dans les romans arthuriens : l’île d’Avalon, le domaine du lac, le royaume de Gorre, le château de Corbenic sont autant d’espaces en dehors du monde, aux confins du royaume d’Arthur. Pour autant, tous ces lieux communiquent par des passages avec le monde réel. »
légendes arthuriennes 5
 » Dès les plus anciens textes, l’île d’Avalon est présentée comme le royaume des morts ou comme l’île des fées. C’est dans cette île mystérieuse, où abondent des pommiers donnant deux récoltes chaque année, que la fée Morgane emmène Arthur mourant afin de le soigner, tandis que son monde s’effondre. Endormi sur un lit d’or, le roi attendrait le moment de revenir en Bretagne. Au XIIe siècle, pour des raisons de propagande politique, l’abbaye de Glastonbury a été identifiée avec ce lieu mythique. « 
Ces quelques extraits vous ont plu ?
Cliquez vite ici pour découvrir d’autres magnifiques documents sur les Légendes Arthuriennes : http://expositions.bnf.fr/arthur/index.htm
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s