La Vie quotidienne en Bretagne, il y a 6 000 ans


BRETAGNEEPOQUE NEOLITHIQUE en Bretagne

✘ Le Petit Lien du jour ^^ Voici un Document d’Archive datant de 1978 …intitulé  » La Vie quotidienne en Bretagne… il y a 6 000 ans » …

Extrait de la Série « Grands travaux de l’archéologie française ». Découverte de monuments mégalithiques de Bretagne d’après les fouilles archéologiques de l’époque. Découverte du rôle de ces constructions dans l’organisation sociale des communautés néolithiques. L’art des mégalithes. Vues réelles…Nous voici plongés à l’époque Néolithique et non pas Celtique ( mais nous préférons bien sur le préciser pour celles et ceux qui découvrent)….Il est trés émouvant de voir ces images d’archives, et les terrains de fouille, en Bretagne en 1978…

* Cliquez ici pour visionner ce document : http://www.canal-u.tv/video/cerimes/la_vie_quotidienne_en_bretagne_il_y_a_6_000_ans.9307

Résumé :
 » Ce film propose une exploration des cultures du Néolithique atlantique et breton. Ces stèles monumentales jouant le rôle de repère astronomique et de jalon du paysage terrestre et maritime (menhir de Locmariaquer), ces tertres funéraires (cairns de Colpo et Dissignac) dont ne subsistent le plus souvent qu’une chambre funéraire et son couloir d’accès (dolmen), apparaissent dès le 5e millénaire et se développent à partir du 4e millénaire, caractérisant des communautés d’agriculteurs et d’éleveurs sédentarisés exploitant également la faune sauvage de l’océan et de la forêt jusqu’à l’introduction des premiers outils de métal, à l’aube du 2e millénaire avant notre ère. »
GAVRINIS
« Les étapes de production de la hache polie, outil emblématique de l’économie de ces défricheurs de la forêt primaire sont présentées par Jean L’Helgouach ainsi que les autres éléments de la culture matérielle de ces communautés agricoles. Le monument funéraire situé à proximité de l’habitat assume une fonction de cohésion et d’ancrage social,
territorial et culturel. Les symboles figurés sur les parois internes de ces monuments sont détaillées: signes en crosse, paires de haches, figures anthropomorphes schématiques veillant sur les morts de la chambre sépulcrale. Le commentaire nous laisse peu de certitude: un répertoire de figures schématiques est partagé par l’ensemble de ces communautés atlantiques. »

« Certaines figures peuvent être reliées à des objets de prestige circulant bien au-delà de l’aire atlantique (les haches), d’autres sont peu déchiffrables (« hache-charrue ») et les valeurs qu’expriment ces figures restent difficiles à expliciter. De futures découvertes en contexte, en lien avec les dépôts funéraires renouvelleront sans doute l’interprétation de ce répertoire iconographique. »

Les Auteurs :
Jean-Pierre Baux a réalisé de nombreux documentaires sur l’Archéologie et la Préhistoire depuis les années 1960, dont la série de 8 films « Les grands travaux de l’archéologie française » réalisée en 1979 pour le Service du Film de Recherche Scientifique. Il a collaboré avec plusieurs préhistoriens de renom et filmé les principaux chantiers de
fouilles dirigés par Henri de Lumley. (..) Il a fait partie du jury du festival Pariscience, festival international du film scientifique organisé par le Muséum d’Histoire Naturelle.
Jean_L'Helgouach_1997Jean L’Helgouach (1933-2000) fut préhistorien spécialiste du Mégalithisme. Il a dirigé de nombreuses fouilles de sites mégalithiques atlantiques et participé au chantier du cairn à 11 dolmens de Barnenez (Finistère) sous la direction de Pierre-Roland Giot. Après une thèse sur les sépultures mégalithiques d’Armorique soutenue en 1965, il entre au CNRS et y devient Directeur de Recherche. Il a publié en 1979 une synthèse du Néolithique armoricain (La Préhistoire de la Bretagne, rééditée en 1998). Il a notamment mis en évidence la complexité des constructions mégalithiques et la réutilisation de blocs gravés provenant de grandes stèles brisées dans la construction de certains dolmens. Cette thèse a trouvé une confirmation au moment de la reprise des fouilles de la Table des Marchands de Locmariaquer et du raccordement d’une des dalles de couverture avec celle du dolmen de Gavrinis.
Il fut également Directeur des antiquités préhistoriques des Pays de la Loire de 1969 à 1989, fonction qui le conduira à prospecter, découvrir et fouiller quelques sites majeurs du Néolithique et du début de l’Âge du Bronze en Loire-Atlantique (tumulus de Dissignac et des Mousseaux et enclos à double enceinte de pierre d’Argentré). « 
Source : Musée d’Archéologie Nationale > lire la suite
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s