Les Tombes à Char des élites celtiques


Dans les pas des pilleurs de sépultures celtiques

Disque de harnais décoré de swastikas (Bourcq Ardennes) Ve-IV siècle avant notre ère © Crédit Bernard Lambot

 Les Tombes à Char des élites celtiques : une tradition qui n’aurait duré que 80 ans seulement

Nous vous invitons à écouter une trés belle émission, celle de Vincent Charpentier  » Le Salon Noir  » diffusée le 30 janvier dernier sur France Culture, et dont l’invité est Bernard Lambot, archéologue, CNRS, ENS. Le thème de l’émission :  » Les Tombes à Char des élites celtiques : une tradition qui n’aurait duré que 80 ans seulement, mais ce sont les plus belles découvertes liées à l’Art Celtique , les traditions et les moeurs …  »

 » Depuis plus d’un siècle et demi archéologues et pilleurs recherchent en Champagne-Ardenne, les fameuses tombes à char celtiques des 5e-4e siècles avant notre ère. Que cherchaient-ils exactement, qu’ont-ils laissé ou n’ont pas vu lors de leurs fouilles souvent brutales ? Depuis plusieurs années Bernard Lambot ouvre à nouveau ces tombes de l’élite gauloise et découvre d’exceptionnels éléments d’art celtique que les pilleurs n’avaient pas entrevus…  »

tombes à char

Cliquez sur l’image

Char de Vix

Char sur lequel fut déposée la Dame de VIX

 

Près de 300 tombes aristocratiques à char celtique ont été découvertes. Combien de temps a duré cette tradition de Tombe à char ?
Quelles sont les méthodes pour découvrir une tombe à char ? Que nous apprennent ces sépultures sur les Elites celtiques ? Cliquez ci dessous pour écouter l’émission.

Pilleurs de tombes celtiques

Quelques exemples :

Lien Photo :

PhotoDécouvert sur les fouilles archéologiques situées en Champagne, ce petit disque de bronze est l’un des objets les plus mystérieux produits par les Celtes : il s’agit d’une phalère destinée à orner les chars des dignitaires de haut rang. Selon Jean-Loup Flouest (professeur au musée de la civilisation celtique du Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray), cet objet, qu’il étudie depuis plusieurs années, prouve combien on a sous-estimé les connaissances détenues par les Celtes. En effet, ceux qui ont réalisé le disque maîtrisaient très bien les techniques de découpage du cercle : on arrive à près de 190 cercles et arc de cercle pour tracer tous les éléments de cet objet. Il y avait donc un énorme travail de conception en amont de la réalisation. Basé sur les nombres 8 et 27, éléments fétiches de la numérologie enseignée par Pythagore, cet objet démontre également la circulation des échanges intellectuels entre les élites scientifiques latine et les druides celtes, qui étaient considérés à l’époque comme des pythagoriciens. » Source :  http://www.stephanecompoint.com

Sources :

http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir-12-13

http://mosa.ouvaton.org

www.stephanecompoint.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s