Une chasse au trésor, des fouilles clandestines dans un champ non loin du site du siège d’Alésia punies par la Loi !


ARCHEOLOGIE-DIVERS[News – Archéologie]

 » La chasse au trésor en valait-elle la peine ? En octobre 2012, six archéologues amateurs ont découvert près de 2 000 pièces gauloises datant probablement du Ier siècle avant Jésus-Christ à Laignes (Côte-d’Or), près de Dijon. Ils souhaitaient garder le silence sur leur trouvaille mais ont été trahis par les réseaux sociaux. Ces fouilleurs doivent être jugés, vendredi 19 juin, devant le tribunal correctionnel de Dijon pour « vol de mobilier archéologique » et « fouilles clandestines ». Ils risquent jusqu’à 100 000 euros d’amende et sept ans d’emprisonnement.

Tout avait pourtant bien commencé pour ces Indiana Jones en herbe. Le site 20 minutes rapporte qu’en octobre 2012, cette petite bande s’est rendue, de nuit, dans un champ non loin du site du siège d’Alésia. Là où, aux alentours de l’an 52 avant notre ère, en pleine guerre des Gaules, s’est jouée une bataille décisive qui a marqué la fin de toute résistance à la domination romaine en Gaule et qui s’est conclue par la reddition de Vercingétorix, jetant ses armes au pied de César.

Plus de 2 000 ans plus tard, les huit compères armés de détecteurs de métaux – outils dont l’usage requiert une autorisation préfectorale –  flairent un trésor enfoui dans ce lopin de terre bourguignon. Ils déterrent ainsi près de 2 000 pièces d’or gauloises, un butin estimé à environ 200 000 euros. Leur premier réflexe est de n’en piper mot mais l’appât du gain est trop fort. Eddy, l’un des accusés, raconte à 20 minutes le cheminement qui les a conduits à conserver ce trésor.

« Au début, on voulait les donner à un musée. Et puis un spécialiste nous en a dissuadés en nous expliquant qu’on allait avoir des problèmes. Alors quand on nous a proposé 15 000 euros, on n’a pas trop réfléchi… Ça faisait quand même près d’un an de salaire ! (…) On a l’impression d’avoir braqué le Louvre pour voler La Joconde. »

Au final, un acquéreur de 65 ans rencontré sur Internet déboursera la coquette somme de 30 000 euros pour s’emparer de 1 500 de ces pièces. Il est également jugé vendredi 19 juin pour recel, une grande partie de ce butin ayant séjourné chez lui.

Une perte inestimable pour les archéologues

Rien ne fuite sur cette découverte jusqu’à la fin de l’année 2013, comme le rapporte Europe 1. Dans une conversation Facebook qu’il pensait secrète, un des accusés se vante de son aventure nocturne vieille d’un an. Une erreur fatale puisqu’un archéologue, Franck Faucher, repère cette discussion. « Ils pensaient sans doute que ces informations resteraient entre eux (…). A partir de captures d’écran, nous avons porté plainte auprès de la justice », explique-t-il à la radio.

L’enquête dure dix-huit mois et débouche sur l’interpellation de dix personnes, en mars 2015, dans les départements de l’Aube, du Pas-de-Calais, de la Dordogne, du Puy-de-Dôme et de la Côte-d’Or.

Pour les archéologues, la perte scientifique est inestimable : « L’archéologie est une science. Quand ils ont retiré les pièces de la terre, ces amateurs n’ont pas pris les précautions nécessaires. Nous ne saurons donc jamais exactement à quoi correspond ce trésor. On ne peut désormais qu’émettre des hypothèses », commente Franck Faucher interrogé par 20 minutes.

Le prix de la trahison

France Inter relaie pourtant une explication avancée par plusieurs archéologues. Cette monnaie aurait été émise par Jules César pour « récompenser les mercenaires gaulois qui l’ont aidé durant le siège d’Alésia ».

Un de ces hommes aurait donc pu enterrer ses deniers à l’endroit où les accusés les ont déterrés, à une journée de marche d’Alésia, dans l’espoir de les récupérer plus tard. Mais l’hypothèse ne pourra probablement jamais être vérifiée.

Source : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s